call-us-beaute-minceur-info
  • fb-beaute-minceur-info
call-us-beaute-minceur-info

SURPOIDS

Surpoids et obésité pas une fatalité

 

1 – Qu’est-ce qu’une personne en surpoids ?

Une personne en surcharge pondérale est une personne qui a une corpulence légèrement ou excessivement élevée par rapport à la moyenne de la population. Cette moyenne de comparaison est appelée IMC ou indice de masse corporelle.  

Elle se calcule de la manière suivante : Poids en kilogrammes / (taille en mètres X taille en mètres). On obtient alors une valeur représentant le nombre de kg/m² qu’il faut comparer aux normes de référence de l’OMS. Il existe sur Internet des outils gratuits en ligne qui permettent de calculer l’indice de masse corporelle. L’OMS a défini les valeurs normales de l’IMC entre 19 et 25 chez l’adulte. Cette échelle est la même, quelque soit l’âge ou le sexe du sujet adulte.

On parle surpoids lorsque le résultat obtenu est compris entre 25 et 30. Au-delà de 30, il s’agit d’obésité. On distingue encore différents niveaux d’obésité. Par contre, le calcul de l’indice de masse corporelle enfant de 0 à 5 ans ainsi que des adolescents de 5 à 19 ans, se fait autrement.

Les normes OMS indiquent en effet, des méthodes de calcul différentes depuis 2006, qui tiennent compte de la croissance de l’enfant de moins de 5 ans. Pour les enfants de 5 à 19 ans, les données de référence sont celles de la NCHS de 1977.

 

2 – Les causes du surpoids/obésité

D’après les statistiques mondiales de l’OMS, plus d’1.9 milliard d’adultes de plus de 18 ans, étaient en surpoids en 2014 (soit près de 39% des adultes). Toujours selon ces estimations, les femmes (15%) seraient plus fortement touchées que les hommes (11%). En outre, 41 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses en 2014 et les pays pauvres sont davantage concernés.

Le fossé entre les calories consommées et dépensées crée un déséquilibre énergétique. La surcharge pondérale peut alors être causée par deux principaux facteurs :

  • Une consommation excessive d’aliments riches en lipides et en glucides.
  • Un manque d’exercice dû à une sédentarité accrue et des modes de transport de plus en plus élaborés.

Les équipements technologiques tels que la télévision, les jeux vidéo, les ascenseurs limitent énormément les activités physiques. On peut citer également d’autres facteurs d’obésité moins évoqués,mais tout aussi importants. On peut par exemple, attribuer l’obésité à des causes génétiques.

Les scientifiques ont découvert que certaines personnes sont plus prédisposées à accumuler et stocker la graisse que d’autres. Les troubles du comportement alimentaires (boulimie, grignotage, consommation impulsive due au stress) peuvent être à l’origine d’une prise de poids continue.

En outre, certains facteurs psychologiques tels que l’anxiété ou la dépression favorisent l’embonpoint et déclenchent souvent une réaction en chaîne. Il ne faut pas oublier que la période de la ménopause, mais également la grossesse sont des phénomènes physiques naturels qui conduisent inévitablement à une surcharge pondérale. 

Il faut savoir également que les maladies comme l’hyperthyroïdie et la prise d’antidépresseurs, d’anxiolytiques ou d’antidiabétiques, favorisent la prise de poids.

 

3 – Les risques liés à l’obésité

Une personne obèse présente plus de risques de développer :

  • Une pathologie cardio-vasculaire,
  • Un infarctus de myocarde,
  • Un accident vasculaire cérébral ou l’angine de poitrine,
  • De l’hypertension,
  • Du diabète (type 2),
  • Des apnées du sommeil,
  • Un cancer du colon ou un cancer du sein,
  • Des arthroses de la hanche ou encore de la lombalgie.

L’obésité chez l’enfant peut causer également un décès prématuré. Le plus souvent, l’obésité infantile provoque une incapacité invalidante à l’âge adulte qui met en péril son avenir. Ces enfants développent en effet, des difficultés respiratoires, de l’hypertension artérielle ou encore des problèmes psychologiques plus ou moins marqués.

À ces constats viennent s’ajouter également des chiffres inquiétants sur l’évolution du nombre d’enfants en surpoids ou obèses dans le monde. Les chiffres de l’OMS font état d’une croissance phénoménale en Afrique (5.4 millions en 1990 à 10.6 millions en 2014) alors que ces mêmes pays sont encore souvent en lutte contre la malnutrition et la faim.  

Ils ont souvent accès à des aliments très caloriques, mais bon marché, qui accentuent les risques d’obésité. Sans oublier qu’ils ne peuvent pas toujours avoir une alimentation adaptée à leur âge.

 

4 – Les solutions

Pour les personnes en excès de poids, l’OMS encourage l’adoption des habitudes suivantes :

  • Une limitation de l’apport énergétique quotidienne (graisses et sucres),
  • Une consommation accrue de fruits et de légumes, de céréales complètes ou de légumineuses
  • La pratique d’une activité physique régulière à raison de 60 mn par jour à 150 mn par semaine.

Dans le cas où le régime ne résout pas le problème, la pose d’un anneau gastrique peut être envisagée. Il existe également des solutions moins invasives adaptées pour perdre du poids. Mais on peut aussi s’aider de divers produits tels que les compléments alimentaires qui s’associent parfaitement aux régimes spécifiques pour perdre du poids. La gamme Zen de Jeunesse Global se compose de 3 produits indispensables pour soutenir et renforcer l’équilibre énergétique :

  1. Zen Fit est un produit brûleur de graisse. Il va brûler les graisses qui n’auront pas fondu pendant l’effort. Il en profitera aussi pour aider le développement de la masse musculaire.                   
  2. Zen Pro est idéal pour faire le plein de protéines maigres. Il facilite la digestion et accroît la satiété. Son action sur le système immunitaire est également très appréciable.                                
  3. Zen Shape permet de contrôler l’appétit. Il est vivement conseillé aux personnes qui vivent de fringales inexpliquées ou qui traversent des situations stressantes. Il aide à maintenir un bon niveau de cholestérol et un bon taux de glycémie dans le sang.

Il faut également évoquer les actions concrètes de l’OMS pour lutter contre les maladies non transmissibles en visant tout particulièrement les couches les plus vulnérables de la population.